Opérationnalisation de la Brigade Spéciale d’Intervention Rapide de Mamou.

La Douane guinéenne dispose désormais d’une brigade spéciale d’intervention rapide. Basée dans la ville de Mamou, elle est officiellement fonctionnelle depuis ce Samedi 06 Mai 2017 et elle a une compétence nationale.

Son opérationnalisation a fait l’objet d’une cérémonie qui a réuni populations et autorités de Mamou ainsi que le Ministre du Budget, les cadres de la Direction Générale des Douanes et du des Représentants de l’Union Européenne.

Composée d’une trentaine d’agents de douane, cette brigade d’intervention vient renforcer les dispositifs de surveillance déjà en place conformément aux normes de modernisation internationales. Cette unité a été implantée à Mamou du fait de la situation stratégique de cette commune située au confluent des principaux axes routiers. Elle pourra intervenir en tous points du territoire dans des délais restreints pour faire face aux menaces et lutter contre la fraude, en coordination étroite avec la nouvelle Division Analyse de Risques et Renseignement, les autres unités Douanières et les autres administrations.

Traditionnellement la Douane Guinéenne est perçue comme une administration à vocation fiscale dont les missions essentielles sont la protection de l’espace économique national et le recouvrement des recettes publiques.
Ainsi, l’organisation de la Douane Guinéenne a largement été orientée vers la réalisation de ces objectifs.

Toutefois, avec la mondialisation et les accords sur la facilitation des échanges, l’amélioration et le développement des moyens de communication, l’augmentation de la circulation internationale des personnes, des marchandises et des capitaux, l’instauration d’une zone de libre-échange et l’adoption d’un tarif extérieur commun (TEC) au sein de la CEDEAO et enfin la transition fiscale, la Douane Guinéenne est confrontée à de nouveaux enjeux qui impactent en profondeur toute son organisation.

Dans le même temps, Il est évident que la globalisation des échanges sert l’intérêt des trafiquants, et que l’on constate une montée en puissance des trafics en tous genres. La Guinée ne fait malheureusement pas exception à cette tendance, comme le démontre les récentes importantes saisies de carburant importés irrégulièrement sur le territoire national.

Pour répondre aux préoccupations des pouvoirs publics quant aux dangers que font peser les grands trafics et la délinquance qui y est associée, sur la santé et la sécurité publique, l’économie, et la démocratie, la Douane a inscrit la lutte contre ce type de criminalité parmi ses priorités d’action.
Concilier facilitation des échanges et efficacité des contrôles, c’est désormais le difficile défi auquel est confronté la Douane Guinéenne.
La réussite de l’action de lutte contre la fraude menée par la Douane et son service des Brigades, passe donc par l’adaptation de ses structures et de ses pouvoirs, par l’amélioration de ses moyens et de ses méthodes de travail, ainsi que la montée en puissance des actions de coopération aux caractéristiques d’un environnement International en perpétuelle évolution.
En intervenant en amont des autres services répressifs, non seulement lors du franchissement des frontières, mais également sur l’ensemble du territoire, la Douane Guinéenne joue un rôle majeur dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, les précurseurs de drogue, le blanchiment d’argent lié à ces trafics, les armes, les contrefaçons, la contrebande d’alcool ou de cigarettes, la fraude commerciale, les déchets générateurs de nuisance…….
Par ailleurs, l’inventivité des organisations de fraude, les moyens considérables dont elles disposent nécessitent également une orientation de l’action des services Douaniers dans le domaine de l’exploitation du renseignement, de la coordination et l’inter complémentarité entre services de brigade et services des opérations commerciales.
Les enjeux sont vitaux, car les fonds générés par ces grands trafics constituent un facteur très invalidant et déstabilisant pour une économie fragile.
C’est dans ce contexte de modernisation et de mutation que s’inscrit la création de la Brigade Spéciale d’Intervention Rapide de Mamou.

Par ailleurs, la Brigade Spéciale de Mamou constitue l’élément précurseur d’un vaste programme de modernisation de la Branche d’activité de la Surveillance, qui se poursuivra au cours des mois à venir.
Ce programme d’activité va notamment porter sur:
* • Le développement d’une logique de contrôle basée sur le renseignement, Il est en effet nécessaire que les gisements potentiels de renseignement soient exploités rationnellement, de façon non partisane dans un souci d’efficacité collective. A cet effet, la Division du Renseignement et Analyse de Risques doit jouer un rôle essentiel.
* • Des réflexions portant sur la mise en place des plans de carrière et suivi des profils
* • Une amélioration des conditions d’exercice avec la dotation de moyens matériels adaptés
* • D’une modernisation du plan d’intervention des services de la Surveillance basée sur une meilleure coordination, la synergie et une nouvelle culture du contrôle basée sur le ciblage
* • De mettre en place une formation professionnelle adaptée et spécialisée, de façon à ce que les agents de la Surveillance acquièrent le savoir-faire particulier en matière de techniques de contrôles modernes.
* • De procéder à un redéploiement des effectifs de la Surveillance de façon à ce que le maillage de surveillance du territoire et des frontières soit plus efficient et que les contrôles répondent aux exigences de régionalisation des échanges. Ainsi, la recherche de l’équilibre entre la facilitation des échanges et l’efficacité des contrôle douaniers dans la lutte contre la fraude constituera un impératif pour hisser l‘administration des douanes Guinéennes au niveau des standards internationaux.
* • De mettre en place des mesures d’encouragement incitatives à l’exercice des métiers de la Surveillance Douanière.

Désormais, l’enjeu est de faire vivre et accompagner cette brigade à jouer pleinement leur rôle. Ce qui serait une avancée majeure dans le dispositif de la surveillance douanière de la Guinée. C’est d’ailleurs en cela que le Directeur Général des Douanes a tenu à rappeler la mission de cette brigade. Il s’agit notamment d’exercer les contrôles sur les voyageurs, les marchandises et les moyens de transport qui franchissent les frontières terrestres, aériens, maritimes et fluviales et qui circulent à l’intérieur du territoire douanier. L’occasion pour le Général Toumany Sangaré d’exhorter ses agents à appliquer rigoureusement les connaissances acquises et à assurer son fonctionnement.

En prenant la parole, le Ministre du Budget a salué les efforts déployés par l’administration douanière et les partenaires au développement. Pour Docteur Mohamed Lamine Doumbouya, l’opérationnalisation de cette brigade d’intervention rapide vient s’ajouter à cette longue liste de réformes économiques et financières initiées par le Chef de l’Etat dans le cadre de l’assainissement de la gouvernance nationale. « Ces efforts concourent à la sécurisation des recettes publiques, à la sécurisation des personnes et de leurs biens et plus particulièrement à la facilitation des échanges entre les Etats » souligne-t-il.

Le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) exige du gouvernement à travers ses Ministères économiques, une contribution à hauteur de 30% de financement. Et pour atteindre cet objectif, précise le Ministre Doumbouya, il est impératif de travailler davantage à sécuriser les recettes, à veiller à l’épanouissement des différents agents économiques afin de développer convenablement leurs activités. Pour finir, le Ministre du Budget a mis un accent particulier sur la responsabilité qui revient aux agents de cette brigade. Celle de servir la Nation et d’en exprimer la fierté.

L’opérationnalisation de la brigade d’intervention spéciale de Mamou est devenue une réalité et intervient dans la cadre d’un Programme d’Assistance à la Réforme des Finances Publiques (PARFIP) financé par l’Union Européenne. Cette réalisation vient donc compléter les actions réalisées ou en cours de réalisations qui portent pour l’essentiel sur :
* • La mise en œuvre d’une gestion des Ressources Humaines au sein de la Direction Générale selon des standards conforme aux normes modernes. Ainsi la Douane dispose t’elle désormais des outils nécessaires à une gestion prévisionnelle des emplois et compétences conforme aux attentes.
* • La création d’une Division du Renseignement et de l’Analyse de Risques et Orientation des Contrôles. Cette structure doit jouer un rôle essentiel dans la mise en fonctionnement d’une nouvelle culture permettant de concilier efficacité des contrôles et fluidité de traitement des opérations de dédouanement.
* • La mise en place d’un service de Contrôle Interne et d’Audit Interne au sein de l’Inspection Générale des Douanes.
La mise en œuvre de deux appels d’offres permettant de doter les services en équipements mobiliers, bureautique, véhicules et motos pour le premier, et de refondre l’ensemble du réseau informatique ce qui autorisera une migration du système de Dédouanement Informatisé Sydonia ++ vers Sydonia World.